Comment optimiser la fiscalité ?

La pression fiscale en France est parmi les plus élevées au monde et on dit souvent que la France est un « enfer fiscal ». Vous pouvez être taxé dans plusieurs circonstances. Mais comment faire pour optimiser sa fiscalité ?

Savoir combien d’impôts vous payez

La première chose à faire est de savoir combien vous payez ! Vous pouvez avoir une idée générale de votre situation fiscale grâce au site web de l’Administration nationale des impôts (www.impots.gouv.fr) où vous pouvez également trouver des informations utiles sur l’état de votre déclaration, vos paiements etc… Le site vous permet également de calculer ce que vous devez à l’aide de sa calculatrice d’impôts simple.

Vous pouvez également utiliser notre outil en ligne gratuit (www.declarefrance.com/calculator-impot) qui calculera exactement le montant de l’impôt que vous devrez payer en fonction de vos revenus et déductions pour 2018.

En outre, si nécessaire, Declarefrance propose un service de consultation gratuit qui comprend des conseils pour optimiser votre déclaration de revenus : nous examinerons tous vos documents et vous indiquerons où se trouvent les erreurs ou les informations manquantes afin de soumettre une déclaration sans erreur dans les délais.

Payez moins d’impôts en vous payant vous-même

En France, si vous percevez un salaire ou un revenu de votre entreprise, celui-ci est imposable. Le système fiscal français signifie que vous êtes imposé deux fois sur vos revenus et à nouveau lorsque vous recevez votre salaire. C’est pourquoi il est important de vous payer le plus possible.

La meilleure façon de le faire est de vous verser un dividende au lieu de percevoir un salaire. Pour ce faire, vous pouvez créer une réserve de capital ou une part de capital au début de chaque année (ou trimestre).

Le gouvernement vous autorise à vous verser jusqu’à 20 % des bénéfices de l’entreprise sans avoir à payer immédiatement des impôts sur cette somme. Cela signifie que si votre entreprise réalise 100 000 € de bénéfices sur une année, vous pouvez vous verser jusqu’à 20 000 € (ou 20 %) sans être imposé immédiatement. Ces dividendes sont imposés à 15 % s’ils sont versés dans les deux ans (et à 0 % s’ils sont versés après trois ans).

Maximisez vos déductions et crédits d’impôt

Le système français d’impôt sur le revenu est basé sur une imposition progressive. Il se compose de trois impôts : l’impôt sur le revenu, la majoration de solidarité et les impôts locaux (appelés TFP). Le montant maximal des revenus soumis à l’impôt varie en fonction de la situation familiale et de l’âge. En outre, il existe des règles particulières pour les personnes qui bénéficient de prestations sociales ou de pensions de retraite.

Afin de réduire votre revenu imposable, vous devez profiter de toutes les déductions et crédits d’impôt possibles pour chaque catégorie de revenus (salaire, plus-values, honoraires, etc.). Par exemple, si vous avez des enfants, vous pouvez déduire de votre revenu imposable jusqu’à 20 % de votre revenu total pour chaque enfant de moins de 25 ans. Vous pouvez également affecter une partie de votre salaire à la déduction des cotisations de retraite.

Pour ce faire, consultez un comptable qui calcule le montant des déductions applicables à votre situation et les enverra à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNAMTS) avant le 30 juin de chaque année.

Déclarez tout ce que vous possédez et tous vos revenus

Si vous avez vendu ou acheté un appartement ou une propriété, si vous avez reçu des dons ou un héritage, si vous êtes indépendant… Déclarez tout ! La déclaration annuelle de patrimoine est un bon moyen de le faire.

Cette déclaration vous permet de déclarer tous vos biens (comme les comptes bancaires et les biens immobiliers) et tous vos revenus (salaire, intérêts, redevances…). Vous êtes également tenu d’énumérer toutes vos dettes (prêts, cartes de crédit…). En outre, vous devez indiquer la valeur de chaque élément. S’il y a eu une augmentation ou une diminution de la valeur depuis la déclaration de l’année dernière, il faut également le déclarer.

La déclaration annuelle de patrimoine, qui a remplacé l’ancienne « déclaration de patrimoine » qui existait depuis 2001, a été introduite par le gouvernement de François Hollande en 2014 dans le but de réduire l’évasion fiscale en élargissant le champ d’imposition.

Attention à la taxe foncière en France

En France, vous êtes imposé sur tous vos biens, à l’exception de votre logement. Si vous êtes locataire ou propriétaire d’un bien immobilier en France, vous devrez payer un impôt foncier appelé taxe foncière (TF). Cette taxe est calculée en fonction de la valeur du bien et de sa localisation. À Paris, par exemple, elle atteint 1 % de la valeur de votre maison par an. Par exemple, si votre maison vaut 500 000 € et que vous habitez à Paris, vous paierez 5 000 € par an pour cette seule taxe !

Le montant de la TF varie fortement selon l’endroit où vous vivez et selon qu’il s’agit d’une ville ou d’une zone rurale. En général, elle s’élève en moyenne à environ 2 % à 4 % de la valeur de votre maison par an, en fonction de son emplacement et de son statut (ancien/nouveau). Il existe toutefois de nombreuses exceptions, comme à Paris, où elle s’élève à 6 %.

Comment optimiser la fiscalité ?
Retour en haut